Toutânkhamon fut momifié avec le pénis "en érection"

Toutânkhamon, le onzième pharaon de la XVIIIe dynastie (Nouvel Empire). Credit: Horemweb/Wikimedia
Toutânkhamon, le onzième pharaon de la XVIIIe dynastie (Nouvel Empire). Credit: Horemweb/Wikimedia

 Toutânkhamon fut embaumé de manière insolite, son pénis fut momifié, en érection, avec un angle de 90°, dans la tentative de combattre une révolution religieuse déclenchée par son père, selon une nouvelle étude qui le suggère.

 

Le pharaon fut enterré dans la Vallée des Rois sans le cœur (ou d’un artefact pour sa substitution, connu comme « scarabée du cœur »), son pénis a été momifié en érection, et sa mère ainsi que les cercueils ont été couverts d’une épaisse couche de liquide noir, qui les rendaient comme brûlés dans un incendie.

 

Ces anomalies ont attiré l’attention soit des érudits soit des médias ces dernières années, et aujourd’hui, dans un nouvel article de la revue Etudes et Travaux, l’égyptologue Salima Ikram, professeure auprès de l’Université américaine du Caire, propose sa propre interprétation pour expliquer les anomalies de la sépulture de Toutânkhamon.

 

Le pénis érigé momifié et d’autres anomalies de la sépulture n’ont pas été incendiés durant l’embaumement, Ikram suggère que ce sont plutôt des tentatives délibérées
pour faire apparaître le roi comme Osiris, le dieu des enfers, de manière la plus littérale possible.

 

Le pénis érigé évoque les pouvoirs régénérateurs d’Osiris, le liquide noir a rendu la couleur de la peau de Toutânkhamon similaire à celle d’Osiris, et le cœur perdu rappel l’histoire du dieu (Osiris) coupé en morceaux par son frère Seth et de son cœur enterré.

Faire apparaître le roi comme Osiris peut avoir contribué à annuler la révolution religieuse engagée par Akhenaton, pharaon généralement  considéré comme le père de Toutânkhamon, déclare Ikram.

 

Akhénaton avait cherché à fixer toute la religion égyptienne autour du culte d’Aton, le disque solaire, en arrivant à détruire les images des autres dieux. Toutânkhamon cherchait à annuler les modifications et faire retourner l’Egypte à sa religion traditionnelle avec son mix de dieux.

 

Salima Ikram averti que son idée est spéculative, mais, si elle se confirme, pourrait aider à expliquer quelques autres des mystères qui entourent la momification et la sépulture de Toutânkhamon.

 

Le pénis "érigé" de Toutânkhamon

Le pénis momifié s’est finalement détaché de son corps après que la momie soit découverte, ce qui a provoqué beaucoup de spéculations des médias qu’elle eût été volée.

 

Ikram doit encore rencontrer une autre momie égyptienne enterrée avec une érection. « Pour ce que j’en sais, aucune autre momie a été trouvée jusqu’ici avec un pénis érigé » a-t-elle déclaré à LiveScience dans un email.

 

L’imaginaire du pénis érigé de Toutânkhamon propose une connexion avec le dieu Osiris, dit Ikram. « Le pénis érigé évoque Osiris dans son moment de grande puissance régénératrice, et c’est une caractéristique des « momies de céréales », les symboles par excellence de la renaissance et de la résurrection », écrit-elle dans son document.

Les « momies de céréales » étaient des momies artificielles non humaines, créées par périodes successives en honneur à Osiris. Elles étaient faites d’un mélange de matériaux, y compris du blé.

 

Toutânkhamon sur le feu

Les preuves révélées dans un documentaire récent suggéraient que la momie de Toutânkhamon soit littéralement allée au feu, quelque chose apparemment provoqué par une grande quantité d’huiles et de résines noires appliquées sur son corps.

Les embaumeurs ont appliqué sur le corps de Toutânkhamon de cette matière qui noircit une quantité anormalement grande pour la période dans laquelle il vécût, et aussi sur les cercueils des pharaons.

 

Dans le mois d’octobre 1925, Howard Carter, l’archéologue qui dirigeait l’équipe qui a découvert la tombe en 1922, a écrit : « La plus grande partie des détails est cachée par un revêtement noir brillant à cause du versement sur le cercueil d’une libation de grande quantité ».

 

L’utilisation en grande quantité de ce liquide noir, beaucoup pour que la peau du roi Toutânkhamon devienne d’une couleur noirâtre, pourrait être une tentative délibérée pour représenter le pharaon, le plus littéralement possible, comme Osiris.

« La masse d’huile et de résine appliquée sur le corps de Toutânkhamon pourrait aussi faire allusion à la couleur noire associée à Osiris comme seigneur de la terre d’Egypte, sombre pour le riche sol porté par les inondations, la source de la fertilité et de la régénération », écrit Ikram.

 

Un cœur manquant

Une autre anomalie mystérieuse est l’absence du cœur du pharaon mais aussi d’un scarabée pour servir de substitut du cœur. « Cet organe est un élément clé pour le succès de la résurrection du corps », a expliqué Ikram, relevant que dans la mythologie égyptienne le cœur devait être pesé contre la plume qui représente la déesse Maât pour déterminer si le défunt est digne de la résurrection.

 

L’absence du cœur ou d’un cœur-scarabée dans Toutânkhamon ne semble pas être le résultat d’un vol, mais, en revanche, pourrait être une allusion à une célèbre histoire de la légende d’Osiris, quand son corps a été coupé en morceaux par son frère Seth et que le cœur du dieu a été enterré.

 

Une coupe typiquement utilisée pour enlever les organes internes d’une momie était exceptionnellement « brutale » et grande sur le Roi Toutânkhamon, a observé Ikram, une autre allusion, peut-être, à l’œuvre de boucherie pratiquée par Seth sur Osiris.

D’autres éléments de preuve indiquent encore Osiris. Par exemple, le mur nord de la chambre funéraire montre le Roi Toutânkhamon comme Osiris, à travers sa décoration. « Toutânkhamon est montré comme un véritable Osiris – pas simplement une momie enveloppée », a observé Ikram. « Cette représentation du roi comme Osiris est unique dans la Vallée des Rois : d’autres tombes montrent le roi enlacé par Osiris, ou pendant qu’il s’offre à lui »…

 

Le cercle se ferme

Dans un certain sens, l’idée d’Ikram, si elle est correcte (elle fait remarquer que son idée est spéculative), porte à fermer le cercle de la recherche sur la momie de Toutânkhamon. Carter fut le premier qui remarqua que le pharaon était représenté comme Osiris.

 

« Peut-être l’emphase de Carter dans ses notes durant la libération et l’examen de la momie est plus correcte que lui-même ne le pensait : le roi était effectivement montré comme Osiris, plus que ce qui était habituel dans les sépultures royales », écrit Ikram dans son document.

 

Toutânkhamon, et/ou ceux qui l’ont embaumé, pourrait avoir été poussé à le faire en réaction à la tentative ratée de révolution religieuse attribuée à son père.

« On peut supposer que, dans un tel moment historique et religieux délicat, on pensa que les modalités coutumières pour la transformation du roi n’étaient plus suffisantes, et ainsi les prêtres embaumeurs préparèrent le corps de manière à exagérer littéralement la divinité du roi et son identification avec Osiris », déclare Ikram.

 

Source : Antikitera.net – Tutankhamon fu mummificato col pene eretto


Traduit et publié par Marion Juglin

 

Partager cet article

Suivez Archeow sur 



Écrire commentaire

Commentaires : 0