Des traces d'habitations médiévales dans le Colisée

Yara Nardi, F3Press
Yara Nardi, F3Press


De la spectaculaire arène de gladiateurs à la copropriété avec des étables, des maisons privées aux ateliers d'artisans. La "seconde vie" du Colisée, c'est-à-dire sa phase médiévale, se révèle grâce aux fouilles menées par la Surintendance archéologique en collaboration avec l'Université de Roma Tre.

 

Si l'histoire du Colisée comme Amphithéâtre est certainement plus connue, sa phase "résidentielle" "est cependant plus longue - explique Rossella Rea, directrice du monument -  par ce qu’elle  commence à partir de la fin du IXe siècle et dure au moins jusqu'au tremblement de terre de 1349".

 

Pour montrer comment devait être le monument au Moyen Age, il y a les fouilles et les découvertes mises au jour par les étudiants romains et quelques invités de l'Université américaine de Rome, dirigé par Riccardo Santangeli Valenzani, professeur d'archéologie médiévale, et coordonnées par Giulia Facchin.

 

Le Colisée était divisé en une série de pièces - utilisées comme des ateliers, entrepôts, des étables ou des habitations – louées à des sous-locataires par les autorités ecclésiastiques, qui avaient pris le contrôle du monument, et en particulier par le monastère de Santa Maria Nova, qui se tient toujours à proximité.

 

Les pièces s'ouvraient sur l'arène centrale, jamais édifiée, qui "devait être utilisée comme une sorte de dégagement, d'espace commun", explique Santangeli Valenzani.

Yara Nardi, F3Press
Yara Nardi, F3Press

Dans la campagne en cours, la troisième d'un projet commencé en 2011, les étudiants-archéologues, qui l'an dernier avaient identifié une pièce avec un foyer, ils ont découvert à l'intérieur du coin 9 un des accès privés au Colisée. Une entrée avec un portail située dans une rue en terre battue qui conduit jusqu'à l'arène.

 

Sous un mur du XIIe siècle a été également découvert un conduit d'égout, parfaitement intact. Les signes tangibles de la fonction de logement sont, cependant, les céramiques découvertes pendant les fouilles, utilisées pour cuisiner. Mais pas seulement : parmi les objets retrouvés, il y a aussi un petit singe en ivoire, peut-être utilisé comme pion au jeu d’échecs ou comme « bibelot ».

La campagne 2014 vient à peine de s’achever, mais les fouilles continueront l'année prochaine : «Comme tous les secteurs de la recherche, l'archéologie aussi souffre du manque de financement - commente Rea - mais grâce à la collaboration avec Roma Tre pour quelques semaines par an nous réussissons à poursuivre un travail impossible autrement".

L'objectif pour le futur est d'approfondir les phases suivantes. Si l’organisation de parcelles en location est dépassée avec la transformation en citadelle par la famille Frangipane, dans les siècles suivants l'Amphithéâtre Flavien a eu beaucoup d'autres vies.

 

En 700, par exemple, il fut aussi habité par des ermites, comme le témoignent les pierres tombales conservées dans la chapelle.

 

Pendant ce temps, la restauration du monument continue : les 5 premières arcades seront libérées des échafaudages à partir du 7 juillet, tandis que les 5 autres sont en cours de nettoyage. Les travaux de la première parcelle seront terminés le 2 mars 2016.

Yara Nardi, F3Press
Yara Nardi, F3Press

Source : ilfattostorico.com – Tracce di abitaioni mediavali nel Colosseo


Traduit et publié par Marion Juglin

 

Partager cet article

Suivez Archeow sur 



Écrire commentaire

Commentaires : 0