Une ancienne ville sous le limon du Nil

Henrik Brahe
Henrik Brahe

Une équipe d'archéologues coordonnée par le Centre Archéologique Italiano-Egyptien, avec les Universités de Padoue et de Sienne et en collaboration avec le ministère des antiquités égyptiennes, a découvert les restes d'une ville enterrée sous le limon du Nil dans la région de Beheira.

 

Le projet sous la direction du professeur Mohamed Kenawi, Cristina Mondin, Giorgia Marchiori et avec la direction scientifique des professeurs E. Papi et P. Zanovello, a été financé en partie par le programme de subventions du National Geographic (Waitt grants program).

 

La campagne de recherche se déroule à environ 25 kilomètres au sud de la ville de Rosette, la ville où a été retrouvée la célèbre "pierre" qui a permis de déchiffrer l'ancienne langue égyptienne, et 16 kilomètres au nord de Damanhour (Hermopolis Parva), dans la zone archéologique de Kom Wasit.

 

Louxor Times
Louxor Times

La zone a été initialement examinée par un groupe de géophysiciens et successivement a été fait un important travail de topographie avec le soutien d'un drone ; ces analyses ont permis d'identifier de nombreuses anomalies. Un sondage de la fouille a confirmé que les anomalies étaient les anciens bâtiments. Une ville entière se trouve donc sous le limon du Nil.

 

En particulier avec la magnétométrie, a été relevé un grand bâtiment rectangulaire dont les dimensions (115 x 40 mètres), confirmées par les fouilles, portent à croire qu'il pouvait avoir des fins administratives ou religieuses.

 

Les photos avec le drone et la cartographie topographique montrent en outre que la ville avait deux orientations différentes, qui témoignent d’au moins deux phases différentes de la vie. La plus ancienne semble dater de l’époque pharaonique tardive / hellénistique ; tandis que la plus récente remonte à la période hellénistique tardive / début de l’époque romaine.

 

La ville de Kom al-Ahmer était déjà connue grâce à une fouille, menée par El-Khachab en 1940, qui avait mis au jour un grand bâtiment thermal romain. La reprise des travaux de fouilles ont permis de découvrir de nouvelles structures importantes de l'époque romaine tardive et une nécropole islamique.

Les fouilles de la ville de Kom al-Ahmer découverte en 1940 (La Repubblica)
Les fouilles de la ville de Kom al-Ahmer découverte en 1940 (La Repubblica)

Ces nouvelles données confirment non seulement la longue période de vie du site, mais offrent de nouvelles preuves à confirmation des hypothèses que la fondation de Kom al-Ahmer soit le résultat de la migration de la population de la ville de Kom Wasit, probablement à la suite d’un déplacement du bras de Rosette du Nil.

Mission archéologique Kom el-Ahmer
Mission archéologique Kom el-Ahmer

Source : ilfattostorico.com – Un’antica città sotto il limo del Nilo


Traduit et publié par Marion Juglin

 

Partager cet article

Suivez Archeow sur 



Écrire commentaire

Commentaires : 0