Des "pièges à démons" découverts en Angleterre 

Piège à démon Angleterre
Un piège à démon. Photo : National Trust/Martin Havens

Durant quelques travaux de restauration, plusieurs signes contre la sorcellerie ont été découverts dans une pièce construite pour recevoir le Roi d’Angleterre Jacques Ier, dans la résidence de Knole House, en Angleterre.

 

Les symboles ont été gravés dans les mois suivants la Conspiration des poudres, un complot raté organisé par un groupe de catholiques anglais contre le roi protestant. Les gravures auraient dû tenir éloignés les esprits maléfiques ; ils ont été datés avec la dendrochronologie au début de l’année 1606.

 

La tentative d’assassinat du roi suscite un grand tumulte dans le pays. Survenu à la suite de décennies de bouleversements religieux, il fit multiplier les accusations de sorcellerie et de forces démoniaques.

Conspiration des poudres
Une illustration du XVIIIe siècle de Guy Fawkes et des autres conspirateurs dans une pièce secrète derrière l’église de Saint Clément. Photo : Bettmann/CORBIS


La pratique de graver des lignes entrecoupées  et des symboles était considérée comme une forme de « piège à démons » : elle aurait éloigné les esprits maléfiques et prévenu les possessions démoniaques. Un tel comportement montre comment la peur gouvernait la vie de tous les jours des personnes du début du XVIIe siècle.

 

Jacques Ier s’intéressait personnellement à la sorcellerie et aux démons. Il fit passer une loi en rapport en 1604, qui rendait la sorcellerie un acte punissable de mort. Il écrit aussi un traité, Daemonologie (traité de démonologie), comme support de la chasse aux sorcières.

Jacques 1er
Jacques Ier peint par John de Critz. Photo : NT Images/Matthew Hollow

Les signes ont été découverts inopinément par les archéologues du MOLA (Museum of London Archaeology), qui exploraient Knole House durant un projet de conservation de 5 ans.

 

Les signes incluent des dessins en forme d’échiquier et de filet. Ils se trouvaient sur quelques poutres, sur quelques planches de bois sous le sol et à l’intérieur de la cheminée. La pièce est une des centaines du grand complexe de Knole House, et les signes sont restés cachés à travers les siècles.

 

La dendrochronologie a daté le bois à l’hiver 1605/1606. Mais comme le bois a été posé alors que le chêne était encore vert – et donc malléable – son utilisation dans la construction est arrivé durant le printemps ou l’été 1606.

 

« La datation de ces signes, faits après la Conspiration des poudres, rend cette découverte rare sinon unique », explique l’archéologue James Wright. « Utiliser l’archéologie pour mieux comprendre les peurs latentes de l’homme ordinaire, augmentées à la suite du complot, est très excitant ».

 

Ironiquement, l’objectif des signes n’a jamais été réalisé. Thomas Sackville, Lord Grand Trésorier de Jacques Ier, avait commencé la restauration de Knole pour la prochaine visite du roi. Mais la mort de Sackville en 1608 survenue avant la fin du travail, et l’importance mineure de son fils à la cour signifieraient que Jacques Ier n’a jamais visité Knole.

 

Les recherches pour découvrir les autres secrets de Knole continueront jusqu’en 2018. « C’est une opportunité unique pour connaître l’histoire d’une des plus grandes maisons du pays, des poutres du plafond  jusqu’aux planches du sol », déclare l’archéologue Nathalie Cohen.

Photo article Angleterre
Photo : National Trust/Martin Havens
Photo article Angleterre
Photo : National Trust/Martin Havens
Piège à démon Angleterre
Photo : National Trust/Martin Havens
Knole House Angleterre
La résidence de Knole House. Photo : National Trust/Antony Crolla
Knole House Angleterre
La pièce où ont été faites les découvertes. Photo : National Trust/Martin Havens


Source : Ilfattostorico.com – Trappole per demoni scoperte in Inghilterra


Traduit et publié par Marion Juglin

 

Partager cet article

Suivez Archeow sur 



Écrire commentaire

Commentaires : 0