Des découvertes archéologiques réécrivent le passé de Bérénice

Cartouche Amenemhat IV
Le fragment avec le cartouche du pharaon Amenemhat IV (S.E. Sidebotham, MOA)

 

Les fouilles archéologiques effectuées près du port de Bérénice, sur la côte de la Mer Rouge, ont réécrit le passé de l'ancienne ville.

 

Bérénice était un port célèbre à l'époque ptolémaïque-romaine, cependant la ville a été fondée sur un ancien village égyptien qui, grâce aux récentes découvertes, pourrait être plus important qu'on ne le croyait.

 

Les archéologues ont retrouvé deux inscriptions qui démontrent une longue occupation du site.

(M. Hense)
(M. Hense)
Empire romain à son extension maximale
L’Empire Romain à son extension maximale, et en rouge, le port de Bérénice (The Berenike project)

La première inscription remonte au Moyen Empire car elle montre le cartouche du septième roi de la XIIe dynastie, le pharaon Amenemhat IV (qui régna entre 1900 et 1800 avant notre ère environ). Initiateur de l'expédition vers le légendaire Pays de Pount - la Corne de l'Afrique - qui a débuté par le port de Mersa Gawasis (beaucoup plus au nord, entre Safaga et Quseir) durant sa huitième année de règne.

 

La deuxième inscription, en mauvais état de conservation, consigne la septième année d'un pharaon dont le nom a été perdu. Elle pourrait faire partie du même texte, ou de la période suivante, pendant la Deuxième Période Intermédiaire.

Fragment inscriptions égyptiennes
Autre fragment découvert comportant des inscriptions (S.E. Sidebotham)

Si elles se combinent, elles pourraient documenter une expédition maritime menée durant la septième année d'Amenemhat IV, révélant une activité importante sur le site 1500 ans plus tôt qu'on ne le pensait.

 

Outre pour le Pays de Pount, Amenemhat IV est aussi connu pour ses expéditions dans le Sinaï à la recherche de Turquoise et en Haute-Egypte pour l'améthyste.

 

La ville de Bérénice a été fondée en 275 avant notre ère par le roi Ptolémée II, dont nous savons qu'il a conduit une campagne vers la côté est africaine pour capturer des éléphants pour la guerre.

 

La dernière saison de fouilles a découvert de nombreux restes d'époque ptolémaïque-romaine : l'intérieur d'un temple romain, des zones de travail du métal, et une installation pour réparer les bateaux ou les démanteler.

Les chantiers de la saison de fouilles 2014-2105 (M. Hense)
Les chantiers de la saison de fouilles 2014-2105 (M. Hense)

De plus, depuis une analyse satellitaire du port et de ses environs, les chercheurs ont découvert l'existence d'un nouveau site archéologique proche du port contenant les restes d'un édifice long et étroit avec trois plateformes. Pour le moment on ignore ce que pouvait être cette construction, mais les futures fouilles la mettront au jour.

 

Une pierre probablement en cornaline, de type cabochon (pierre polie mais non taillée en facettes), représentant une figure féminine a été découverte.

(S.E. Sidebotham)
(S.E. Sidebotham)

Parmi les autres découvertes, il y a l'entrée du temple de Sérapis, plusieurs fragments d'inscriptions, des stèles, trois sépultures humaines (deux hommes et une femme), des défenses urbaines ptolémaïque et des installations hydrauliques. 

 

Le Centre polonais d'archéologie méditerranéenne (Université de Varsovie) et l'Université américaine du Delaware ont participé à cette mission archéologique.

Une des inscriptions découvertes dans le "temple de Sérapis". Ecrit en grec durant les règnes de Septime Sévère et de Caracalla. Fin du IIe -IIIe siècle avant J.-C. (S.E. Sidebotham)
Une des inscriptions découvertes dans le "temple de Sérapis". Ecrit en grec durant les règnes de Septime Sévère et de Caracalla. Fin du IIe -IIIe siècle avant J.-C. (S.E. Sidebotham)
Une autre inscription du "temple de Sérapis" remontant à l'époque de Septime Sévère (S.E. Sidebotham)
Une autre inscription du "temple de Sérapis" remontant à l'époque de Septime Sévère (S.E. Sidebotham)
Stèle de style pharaonique mais d'époque romaine. De la gauche: Hathor/Isis, un empereur romain dont le nom a été perdu, Harpocrate et Min/Pan (S.E. Sidebotham)
Stèle de style pharaonique mais d'époque romaine. De la gauche: Hathor/Isis, un empereur romain dont le nom a été perdu, Harpocrate et Min/Pan (S.E. Sidebotham)
Inscription dédiée à la déesse Isis, remontant à 49 après J.-C. (S.E. Sidebotham)
Inscription dédiée à la déesse Isis, remontant à 49 après J.-C. (S.E. Sidebotham)
Inscription dédiée à un éminent citoyen, 112-133 de notre ère (S.E. Sidebotham)
Inscription dédiée à un éminent citoyen, 112-133 de notre ère (S.E. Sidebotham)
En haut à droite, un tunnel hydraulique (S.E. Sidebotham)
En haut à droite, un tunnel hydraulique (S.E. Sidebotham)
Squelette d'un homme datant du 1er siècle de notre ère. La flèche indique un anneau en fer (S.E. Sidebotham)
Squelette d'un homme datant du 1er siècle de notre ère. La flèche indique un anneau en fer (S.E. Sidebotham)

Traduit et publié par Marion Juglin


Partager cet article

Suivre Archeow



Écrire commentaire

Commentaires : 0