Silbury Hill : un phare pour les navigateurs du Néolithique ?

Silbury Hill Angleterre
Silbury Hill (English Heritage)

 

Pendant longtemps, on a cru que la colline de Silbury était une ancienne tombe ou une colline cérémonielle pour les rites religieux.

 

Mais récemment, une étude a proposé que la structure fût quelque chose de beaucoup plus similaire à un phare, construit pour guider les bateaux dans les cours d'eau formés avec la fin de la dernière ère glaciaire.

 

L'hypothèse est que le sud de l'Angleterre se présentait comme une série d'îles unies par les cours d'eau, canaux et fleuves en crues, et que Stonehenge se trouvait le long de la côte !

 

Il semble que ces derniers temps, les archéologues dédiés à l'étude des antiquités britanniques sont en train de revoir complètement les théories jusqu'alors avancées.

 

Il y a quelques semaines, une étude avait proposé que les fameux rochers entourant Stonehenge avaient pour but de soutenir un ancien autel, ainsi nos ancêtres pouvaient être "plus proches du ciel". (cf article Stonehenge serviva a sostenere un altare per "essere più vicini al cielo" ?)

 

C'est maintenant le tour de l'ancien tumulus de Silbury Hill. Jusqu'à aujourd'hui, les chercheurs ont retenu la colline comme un ancien tumulus funéraire ou bien une colline cérémonielle pour exécuter les rites religieux.

Silbury Hill carte
Localisation de Silbury Hill au Royaume-Uni

La théorie de Robert John Langdon

 

Mais Robert John Langdon, cartographe et historien local, a proposé une nouvelle théorie révolutionnaire sur la nature et la fonction de Silbury. Selon lui, le tumulus serait ce qu'il reste d'un ancien phare utilisé à l'époque néolithique, au lendemain de la fin de la dernière ère glaciaire.

 

La fonte des glaces aurait rendu le sud de l'Angleterre similaire à un archipel d'îles liées par des cours d'eau, des canaux et des fleuves. Le phare aurait aidé les bateaux à s'orienter dans le dédale de canaux, jusqu'à les guider au "port" de Silbury.

A gauche : Silbury Hill de nos jours, à droite : interprétation de Silbury Hill au néolithique
A gauche : Silbury Hill de nos jours, à droite : interprétation de Silbury Hill au néolithique

L'indice fondamental serait l'avenue en pierre découverte par Langdon, qui reliait Silbury Hill au célèbre cercle de pierre d'Avebury. "Les cartes que j'ai créé indiquent que Avebury était un lieu d'échanges de marchandises pour nos ancêtres", explique Langdon.

 

"Mon hypothèse est que le proche monument de Silbury Hill fonctionnait comme port, alors qu'Avebury fonctionnait comme marché pour les échanges".

 

De récentes études archéologiques ont effectivement relevé que le site de Silbury Hill a été construit en plusieurs phases, à partir d'une petite structure, jusqu'à devenir ce qui est visible aujourd'hui.

 

"Si c'était seulement une structure symbolique, quel besoin il y avait à modifier les dimensions?", déclare Langdon. "La hauteur a été modifiée pour que le phare devienne visible par les bateaux et barques aussi à longue distance".

 

Robert John Langdon imagine qu'à la fin de l'ère glaciaire, l'Angleterre méridionale se présentait comme un archipel composé de nombreuses îles et que dans le même temps, Stonehenge se trouvait près de la zone côtière.

 

Source : Ilnavigatorecurioso.it - Silbury Hill : un faro per i naviganti del Neolitico ?


Traduit et publié par Marion Juglin

 

Partager cet article

Suivez Archeow sur 



Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    didgeman (mardi, 10 novembre 2015 14:48)

    Bonjour , ça parait un peu tiré par les cheveux comme hypothèse , pourquoi n'y a -t il plus d'eau aujourd'hui ? Quand on sait que le niveau de la mer a monté d'environ 7 m en 5000 ans...Des menhirs sur la presqu'ile de Quiberon sont sous l'eau à marée haute .Donc l'eau n'aurait pas descendu mais montée...?? Il y a une incohérence quelque part , non ?