Chypre : découverte d'une des plus grandes tombes de l'Âge du Bronze

vase âge du bronze Chypre
Vase à motif de poissons. Crédit : Peter M. Fischer

Une tombe contenant un trésor de scarabées égyptiens, diadèmes, biens exotiques de luxe, perles et de boucles d'oreille en or a été découvert sur le site de l'âge du Bronze de Hala Sultan Tekké, sur l'île de Chypre.

 

Les objets en or et les quelques 100 vases de céramique richement ornés, retrouvés dans la tombe et dans une fosse pour les offrandes funéraires, attestent l'importance de Chypre comme centre de commerce avec des liaisons qui s'étendaient jusqu'à la Suède.

 

Hala Sultan Tekké fut une importante ville de 1600 à 1150 av. J.-C. Les archéologues de l’Université de Göteborg ont découvert une des plus grandes tombe de l'Âge du Bronze final jamais trouvée à Chypre. 

 

Les fouilles font partie de la Swedish Cyprus Expedition, une expédition archéologique commencée en 1927. Peter Fischer, professeur d'archéologie chypriote et du Proche-Orient, mène les fouilles depuis 2010 et il considère la dernière saison comme la plus réussie: "Nous avons découvert un secteur de la ville plus ancienne, daté de 1250 av. J.-C. environ, et en dehors des murs nous avons découvert une tombe incroyablement riche, une des plus riches de Chypre de cette période et une fosse pour les offrandes à côté d'elle."

 

Avant de commencer les fouilles une enquête géophysique avait été effectuée en utilisant un radar et d'autres équipements. La recherche avait révélé presque 100 cavités souterraines, quelques-unes d'entre elles se sont révélées des puits, quelques-unes des fosses pour les offrandes rituelles et d'autres, comme celle-ci, des tombes. "Les puits mesurent un mètre de diamètre habituellement, mais cette structure mesure 4 x 3 mètres. La sépulture est une tombe familiale pour huit enfants de 5-10 ans et neuf adultes, le plus âgé avait 40 ans. L'espérance de vie était plus basse par rapport à aujourd'hui", déclare Fischer.

 

Les autres découvertes incluent un poignard en bronze, des pierres précieuses brutes et cinq sceaux, quelques produits locaux et d'autres provenant peut-être de la Syrie et de la Mésopotamie.

 

Parmi les quelques 140 vases complets en céramique, la majeure partie d'entre eux sont splendidement décorés. On voit par exemple des personnes assises sur un chariot tiré par des chevaux, ou une femme habillée avec un très bel habit. Quelques vases apportent des symboles religieux ou des illustrations animales. Beaucoup de vases furent importés de la Grèce voisine et de la Crète, mais quelques-uns venaient de l'Anatolie, aujourd'hui en Turquie, et d'autres du Levant.

Vase mycénien représentant une femme (une déesse ? une princesse ?) habillée avec des vêtements mycéniens. Crédit : Peter M. Fischer
Vase mycénien représentant une femme (une déesse ? une princesse ?) habillée avec des vêtements mycéniens. Crédit : Peter M. Fischer

"La céramique contient un paquet de renseignements archéologiques. Il y avait par exemple des importations mycéniennes de luxe datées du XV siècle av. J.-C. Le motif de la femme, peut-être une déesse, est mycénienne, c'est-à-dire de Crète, mais le vase a été produit en Grèce. À cette époque, la Crète était devenue une 'colonie' grecque", déclare Fischer.

 

Selon l'archéologue, le dessin du vêtement de la femme est très avancé et montre comment s'habillaient les femmes riches de cette période. Un motif semblable peut être observé sur les fresques, comme dans le palais de Cnossos près d'Héraklion.

 

 

D'autres biens provenaient d'Egypte. Deux des scarabées de pierre sont entourés d'or, et un présente des hiéroglyphes qui récitent "men-kheper-re" près de l'illustration d'un pharaon. Ceci a donné aux archéologues une opportunité unique de dater la découverte d'environ 3500 ans à un personnage historique. L'inscription se réfère au pharaon puissant Thoutmôsis III (1479 - 1425 av. J.-C.), dont les campagnes militaires donnèrent à l'Egypte la meilleure expansion territoriale.

Scarabées en stéatite encerclés d'or avec le cartouche de Thoutmôsis III. Crédit : Peter M. Fischer
Scarabées en stéatite encerclés d'or avec le cartouche de Thoutmôsis III. Crédit : Peter M. Fischer
Amulette en faïence de la divinité égyptienne Bès. Crédit : Peter M. Fischer
Amulette en faïence de la divinité égyptienne Bès. Crédit : Peter M. Fischer
Bouton en faïence égyptienne. Crédit : Peter M. Fischer
Bouton en faïence égyptienne. Crédit : Peter M. Fischer

 

 

"Nous avons aussi trouvé des preuves dans la ville d'une grande production manufacturière et de tissus teintés de pourpre. De tels produits étaient utilisés dans le commerce avec les civilisations d'Egypte, d'Anatolie, du Levant, de la Mésopotamie, de Crète et de Grèce, ce qui explique les riches importations", explique-t-il.

 

Les fouilles pour cette année sont terminées. "En été de 2017 nous continuerons à découvrir des parties de la ville et du site funéraire. Étant donné que l'intégrité des deux zones est menacée par les activités agricoles, il faut agir vite pour protéger notre patrimoine culturel, avant que tout soit détruit pour toujours."

 

Source : Ilfattostorico.com - Scoperta a Cipro una delle più grandi tombe della Tarda Età del Bronzo


Traduit et publié par Marion Juglin

 

 

Suivez Archeow sur 

Partagez cet article



Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Susie Tenaglia (mardi, 31 janvier 2017 11:18)


    Quality content is the crucial to invite the people to pay a visit the web site, that's what this web page is providing.