Une tombe Viking découverte au Danemark

Sépulture Viking Danemark
Reconstitution de la sépulture de la femme. Crédit : Museum Silkeborg

L'étude d'une tombe viking en bois a démontré qu'elle contenait les restes d'un homme et d'une femme probablement d'origine noble, ou peut-être des gens d'un statut social élevé.

 

Les deux avaient aussi des contacts avec une réalité très lointaine: l'homme était en effet enterré avec des céramiques de la région de la Baltique et des monnaies de l'actuel Afghanistan, en plus d'avoir une hache de bataille.

 

"C'est une très grande hache et elle aurait été une arme formidable" explique l'archéologue Kirsten Nelleman Nielsen. "À l'époque ce type de hache était connu comme hache danoise, et était crainte dans toute l'Europe."

 

Haches de guerre

 

La tombe avait été découverte en 2012 pendant la construction d'une autoroute, et depuis lors elle a été identifiée comme une exceptionnelle tombe viking connue comme une 'dødehus' (maison des morts). La construction mesure 4 x 13 mètres et contenait trois sépultures datées de 950 après notre ère.

 

 

Les conditions du sol du site n'ont pas permis la conservation des autres restes, "mais les découvertes dans la tombe confirment qu'il y avait un homme et une femme dans la partie principale et un autre homme à l'arrière", déclare Kirsten Nelleman Nielsen, chef des fouilles et auteur du compte rendu de la découverte.

La grande hache de bataille de la sépulture principale. Crédit : Museum Silkeborg
La grande hache de bataille de la sépulture principale. Crédit : Museum Silkeborg
Une hache plus petite retrouvée dans la troisième sépulture. Crédit : Museum Silkeborg
Une hache plus petite retrouvée dans la troisième sépulture. Crédit : Museum Silkeborg

La femme avec les clés

 

La femme avait été enterrée dans une sorte de charrette d'habitude utilisée par les femmes nobles. Dans sa tombe il y avait deux clés: "Une est le symbole de son pouvoir et de son statut comme grande femme; l'autre est caractérisé par un petit sanctuaire carré plutôt rare", raconte Nielsen.

 

Et ce ne sont pas seulement les sépultures en soi qui sont spéciales. "Il est extraordinaire de voir que les sépultures de l'homme et de la femme soient marquées par la même tombe ou palissade. Il est insolite de pouvoir établir avec une telle certitude que l'homme et la femme étaient égaux", ajoute l'archéologue.

 

 

D'autres tombes vikings découvertes au Danemark indiquent qu'il existait beaucoup de femmes de haut rang social: "Les femmes pouvaient facilement être très puissantes. Beaucoup de femmes étaient enterrées avec de riches habits et avec des offrandes funéraires très coûteuses, qui indiquent une haute position dans la société, ces femmes n'étaient pas enterrées d'une manière inférieure par rapport aux hommes" a déclaré Nielsen.

Tombe Viking Danemark
Les restes de la tombe. Crédit : Museum Silkeborg
Sépulture Viking Danemark
La troisième sépulture. Crédit : Museum Silkeborg

Cultures étrangères

 

Nielsen croit que l'inspiration pour de telles tombes a pu arriver de loin.

"Cela ne me surprendrait pas si cette idée soit arrivée de la Scandinavie. Nous avons aussi trouvé des vases d'argile provenant de la Baltique et des monnaies d'argent de l'actuel Afghanistan, les résidents devaient donc être plutôt internationaux", déclare-t-il.

 

Nielsen suggère que l'édifice aurait pût avoir une structure semblable à une stavkirke, (église à poteaux portants), l'église médiévale typique en bois de l'Europe nord oriental: "Le dessin ressemble un peu aux premières stavkirke, donc peut-être quelqu'un avait visité un endroit et il a fait quelque chose de semblable."

Crédit : Museum Silkeborg
Crédit : Museum Silkeborg
Deux monnaies d'argent provenant probablement d'un lieu lointain comme l'Afghanistan. Crédit : Museum Silkeborg
Deux monnaies d'argent provenant probablement d'un lieu lointain comme l'Afghanistan. Crédit : Museum Silkeborg
Tombe Viking Danemark
Reconstitution de la tombe. Crédit : Museum Silkeborg

Traduit et publié par Marion Juglin

 

 

Suivez Archeow sur 

Partagez cet article



Écrire commentaire

Commentaires : 0