Un ancien village perdu découvert dans les Apennins en Italie

Vue aérienne drone Italie
Vue aérienne du drone de la zone de la forêt de Pianelle à Tufara, province de Compobasso, Molise. Credit: T.D. Stek

D'anciennes ruines romaines se cacheraient sous la surface de la région de Molise, dans la vallée de Tappino.

 

La formation du terrain avait rendu difficile dans le passé sa détection soit à pied soit par avion. Cet obstacle a été dépassé par l'utilisation de petits drones dont l'emploi trouve désormais un large usage dans tous les domaines.

 

Cette région était connue des Romains sous le nom de "Samnium"; avant la défaite infligée par les Romains, le territoire fut dominé par le peuple des Samnites, auteurs d'une longue et sanglante guerre contre l'Urbe (Rome) pour la suprématie sur la péninsule. L'auteur de l'étude, Tesse Stek, archéologue de la Méditerranée à l'Université de Leyde aux Pays-Bas a souligné que: "La manière dont était organisée cette société de montagne reste un mystère."

Dans le carré rouge : le site où a été faite la découverte
Dans le carré rouge : le site où a été faite la découverte

Auparavant, deux anciens temples avaient déjà été découverts dans la zone, cependant: "il n'y avait pas une bonne connaissance des autres sites, comme par exemple les villages, les fermes, villas, cimetières etc., qui pourraient nous en dire plus sur les anciens habitants de la zone qui visitaient les lieux locaux de culte. Ces lieux de culte ressemblaient à des cathédrales dans le désert, pour ainsi dire."

 

Une théorie affirme que ces temples servaient comme station routière, endroits de commerce, le long de laquelle ovins, bovins, marchandises et renseignements voyageaient. Une autre théorie suggère que ces temples marquaient la frontière d'un grand état, comme par exemple le territoire des anciens Samnites.

 

Les archéologues pourraient vouloir mener des enquêtes aériennes pour découvrir d'éventuelles ruines cachées sous la surface, possibles grâce à des vols lents à basse altitude.

 

"Aujourd'hui les drones changent complètement l'image que nous avons", a déclaré Stek. "Ils offrent une méthode rapide et complètement non invasive pour découvrir et cartographier les sites cachés sur le terrain."

Interprétation de l'endroit où les sites antiques pourraient être, photo aérienne prise par un drone dans la zone de Pianelle. Credit: A. Hamel
Interprétation de l'endroit où les sites antiques pourraient être, photo aérienne prise par un drone dans la zone de Pianelle. Credit: A. Hamel

Le principal avantage d'utiliser des drones, soutient le chercheur : "c'est qu'on peut choisir avec une extrême précision l'angle pour prendre la photo au moment que l'on désire, on peut attendre le moment exact dans un champ spécifique, faire un vol d'environ 10 à 20 minutes, et prendre des photos de toutes les directions. Avec un avion normal, on aurait besoin de beaucoup de chance pour prendre la photo au bon moment, on vole trop haut pour une bonne visibilité ou pour la résolution, ou encore ce n'est pas le bon moment pour faire ces photos."

 

Quelques objets précédemment retrouvés dans la zone suggèrent que ces ruines remontent à une période en réalité très étendue qui va de la période romaine classique (Ve siècle av. J.-C.) jusqu'aux premiers siècles du Moyen Âge (VIIe siècle ap. J.-C.), confirmant donc que la zone fût plus densément habitée qu'on ne le pensait.

 

"Nous avons un panoramique complet de l'organisation intérieure du site, entre autres sa disposition le long de la rue, les espaces de stockage, les milieux domestiques etc."

 

Le chercheur a ensuite évidemment "tranquillisé" les archéologues plus traditionalistes, en soutenant que dans tous les cas les drones ne peuvent pas remplacer l'archéologie. Si le drone ne réussit pas à localiser quelques éléments intéressant cela ne signifie évidemment pas non plus qu'il n'y a rien à trouver. Les fouilles restent comme toujours un point central.

L'ancienne région de Samnium
L'ancienne région de Samnium

Source : Amantidellastoria.com - Scoperto un antico villaggio perduto sugli Appennini


Traduit et publié par Marion Juglin

 

 

Suivez Archeow sur 

Partagez cet article



Écrire commentaire

Commentaires : 0