Découverte de la tombe d'un Pharaon Égyptien inconnu

Il est resté caché pendant des milliers d'années, mais un groupe d'archéologues américains a réussi à trouver l'énorme tombe en pierre rose d'un pharaon inconnu. Le sarcophage gigantesque en quartzite rose remonte à environ 3800 ans et, selon le gouvernement égyptien, il appartient à Sobekhotep, un pharaon inconnu de la 13e dynastie.

 

Une équipe de chercheurs composée par des archéologues de l'University of Pennsylvania et du Ministère Égyptien des Antiquités a mise au jour la tombe d'un pharaon encore inconnu dans les alentours de la ville sacrée d'Abydos, environ 600 kilomètres au sud du Caire.

 

Après un an de travail sur les hiéroglyphes qui décorent la tombe, les chercheurs ont réussi à réunir la tombe à son propriétaire.

 

"Il est probable qu'il s'agit du premier représentant de la 13e dynastie qui régna en Egypte pendant la Seconde Période Intermédiaire", a déclaré Mohamed Ibrahim, Ministre Égyptien, mais il y n'a pas de consentement sur ce point entre les égyptologues.

 

Les renseignements sur le pharaon Sobekhotep Ier et sur son royaume sont vraiment très décharnés, comme le moment où la dynastie a exactement commencée est méconnu. Tout ceci rend la découverte particulièrement importante. Les historiens croient que la 13° dynastie a débuté entre 1803 et 1781 av. J.-C., mais ils sont désireux d'établir une date précise.

 

Quelques experts de History Blog pensent que le sarcophage de presque soixante tonnes a été réalisé avec la pierre calcaire des carrières de Tura, éloignées d'environ 300 kilomètres, et était originairement surmontée par une pyramide désormais complètement détruite. Mystérieusement, le sarcophage avait été extrait de sa tombe originelle et réutilisé dans une seconde tombe.

La tombe de Senebkay se compose de quatre chambres, parmi lesquelles une chambre sépulcrale décorée avec les images des déesses Nout, Nephtys, Selket et Isis qui longent le sépulcre du roi. D'autres textes font référence aux dieux fils d'Horus et ils indiquent l titulature du roi en l'indiquant comme le "souverain de la Haute et de la Basse Egypte".

 

À l'intérieur de la tombe les archéologues ont trouvé différents vases canopes qui conservaient les viscères du pharaon, de manière qu'elles puissent être réunies avec leur propriétaire momifié dans l'au-delà. De nombreux objets en or ont aussi été retrouvés, probablement la propriété du souverain, qui selon les spécialistes pourraient révéler d'autres détails sur sa représentation.

 

Selon ce que rapporte le Papyrus de Turin, un texte écrit pendant le règne de Ramsès II (1279-1213 av. J.-C.) qui énumère tous les rois de l'Egypte jusqu'alors, Sobekhotep se trouve quelque part dans la 13e dynastie, mais quand commence et quand finit la 12e n'est pas clair.

 

Il y a aussi une certaine confusion sur le fait que dans le Papyrus de Turin le nom de Sobekhotep apparaît deux fois, en n'étant pas clair sur le fait qu'il s'agit de la même personne ou d'un autre pharaon de la 13e dynastie.

 

Quelques-uns des autres renseignements ont été révélés par les reliefs présents dans une chapelle de la ville sacrée d'Abydos, un cimetière royal à l'ouest du Nil, ainsi qu'un endroit de pèlerinage populaire où le peuple se rendait pour adorer le dieu Osiris.

 

Avec toutes ces sources controversées et fragmentaires, on peut bien comprendre que la découverte de la tombe du pharaon est une grande opportunité pour les égyptologues. Il y a assez de matériel archéologique pour répondre à beaucoup de questions.


Traduit et publié par Marion Juglin

 

 

Suivez Archeow sur 

Partagez cet article



Écrire commentaire

Commentaires : 0