Trois armes importantes du Légionnaire Romain


Jamais le terme "machine militaire" n'a été plus approprié : l'armée Romaine était la première grande armée de métier, plus disciplinée et organisée que n'importe quelle force opposée contemporaine, et ce 1000 ans avant que n'importe quelle armée ne soit à la hauteur de sa taille.

 

La base de cette puissance était le légionnaire. Les Légions, la lourde infanterie d'élite, étaient composées seulement de citoyens romains durant la plupart de l'histoire de l'Empire.

 

L'équipement a changé et s'est adapté pendant l'histoire militaire de plus de 1000 ans de Rome, mais ces trois armes étaient les outils essentiels du Légionnaire romain.

 

1. Le Glaive

Gladius est le mot latin pour épée. Il y avait un certain nombre de modèles et de noms pour l'épée standard d'infanterie, mais le plus typique est maintenant appelé le Glaive Pompéi, où des exemples ont été trouvés, après que la ville fut enterrée de cendre.

 

Le type "Pompéi" était probablement en utilisation d'autour de 50 de notre ère (Pompéi a été enterrée dans une éruption du Vésuve en 79 ap J.-C.) jusqu'au IIIe siècle. Les légionnaires romains l'ont utilisé dans les Guerres Daciques en Europe de l'Est au début du IIe siècle et au célèbre siège de Massada en Israël en 72 ap J.-C.

 

Le glaive était court pour une épée, environ 50 cm. Il avait deux bords aiguisés tandis qu'une pointe triangulaire en a fait une arme d'estoc et de taille mortelle, son utilisation la plus commune. Il semble avoir été élaboré à partir de conceptions précédentes.

 

 

Les glaives étaient forgés avec de l'acier, à l'origine de cinq bandes de métal, avec le plus gros au centre de la lame. Ces bandes ont été littéralement martelées ensemble, bien que quelques lames aient été faites dans une seule pièce d'acier. Une poignée appelée "capulus" - parfois décorée ou avec des traces pour les doigts - complétait l'arme.

Reconstitution d'un légionnaire romain en armure tenant un glaive.
Reconstitution d'un légionnaire romain en armure tenant un glaive.

Le gladius était brutalement efficace. La plupart des batailles antiques qui se désagrégeaient dans une mêlée chaotique, le glaive prenait alors de l'importance. En sécurité derrière leurs boucliers, où des armes plus longues étaient inutiles, le légionnaire pouvait poignarder, sur ou sous sa protection pour mettre "hors service" et infliger des blessures fatales à l'abdomen ou aux points faibles comme dans l'aine et le cou.

 

C'est un signe de la capacité de l'état romain à s'adapter à l'arme qui les a aidés à conquérir l'Europe et qui a été empruntée soit aux Celtibères soit aux Gaulois. Rome s'est battue contre eux, a admiré leurs armes et se les ai appropriées.

 

Le glaive est devenu plus long au fil du temps et a été finalement remplacé par la spatha, une épée à lame plus longue (60-85 cm), aux IIe et IIIe siècle ap J.-C. La Spatha a été apportée dans l'armée romaine par des auxiliaires de cavalerie celtiques.

 

 

2. Le Pugio

Un pugio dans son fourreau.
Un pugio dans son fourreau.

Quand Jules César a été assassiné en 44 av. J.-C, il a été poignardé avec ces poignards militaires romains. Comme le glaive, ils étaient principalement une arme d'estoc et de taille.

 

Ces petites armes aiguisées étaient typiquement comprises entre 17 et 27 centimètres de long et environ 5 centimètres de largeur et sont supposées descendre de modèles espagnols. La lame avait une nervure centrale et une poignée était rivetée dessus (bien que ces rivets aient disparu à partir du Ier siècle ap J.-C., et beaucoup d'exemples postérieurs ont été trouvés avec des poignées de remplacement).

 

Ils étaient  portés dans des fourreaux de différents types, certains d'entre eux étaient fortement décorés, d'autres étaient de simples conteneurs en bois et en métal. Ils ont été conçus pour être porté à la ceinture.

 

Tout indique que le pugio n'ait pas été universellement utilisé. Il a été à la mode puis démodé; pendant le IIe siècle il est supposé être moins utilisé, mais au IIIe siècle il a fait son retour, avec une lame plus longue.

 

Son utilisation dans la bataille n'est pas clairement enregistrée. La décoration riche sur certains et leur popularité auprès des empereurs - et des hauts conspirateurs qui ont poignardé César - peut indiquer qu'ils avaient une signification symbolique très forte. Etre dans l'armée était une chose noble pour un citoyen romain, peut-être porter un pugio était la façon la plus simple de le montrer.

 

 

3. Le Pilum

Le pilum romain est un javelot en bois avec une pointe en métal.
Le pilum romain est un javelot en bois avec une pointe en métal.

 

 

 

 

Avec des combats rapprochés comme force, le légionnaire romain était aussi un maître au combat à distance. Beaucoup d'adversaires n'auraient jamais eu l'occasion d'engager le combat avec le pugio et le glaive grâce au pilum, une lourde lance de jet.

 

Ils étaient habituellement d'environ 2 mètres de long avec une pointe en fer à la fin d'un lourd pieu en bois. Pesant à peu près 2 kg, le pilum a été conçu pour être projeté et son efficacité mortelle était en partie une fonction de cette technologie de pointe.

 

Le bout de la pointe de fer était dur, et plus large que le pieu qui le prolonge. Le fer de la tige était plus souple, faisant un missile unique qui se plie à l'impact et qui ne pouvait pas être retiré. S'il reste coincé dans votre bouclier, il restera là. Certains avaient des pointes à l'autre extrémité du pieu pour les planter dans le sol.

 

Le pilum était une amélioration d'une lance précédente appelée la hasta. Il a été remplacé par le spiculum, une variante légèrement plus courte, après 250 ap J.-C.

 

A terme, les légionnaires romains en sont venus à porter deux pilum, un léger et un lourd. Le premier serait jeté à un ennemi s'avançant à moins de 30 mètres de distance; le deuxième pourrait avoir été utilisé pour des salves plus proches ou comme une arme d'estoc et de taille.

 

On dit que seulement deux salves de pilum de 10 000 légionnaires romains aurait été assez pour interrompre l'avancée de la plus grande force du chef des rebelles britanniques, Boadicée, en 60 ou 61 ap J.-C. Ils sont censés avoir été utilisés au combat au corps à corps pendant le Siège d’Alésia en 52 av. J.-C.

Légionnaires romain portant le pilum.
Légionnaires romain portant le pilum.

Source : Madefrom.com - 3 important Roman legionary weapons


Traduit et publié par Marion Juglin

 

 

Suivez Archeow sur 

Partagez cet article



Écrire commentaire

Commentaires : 0