Un réseau de fortifications militaires de l'âge du bronze découvert en Syrie


Un réseau militaire exceptionnel de l'Âge du Bronze (II millénaire avant J.-C.), complété par des forteresses et des tours, a été découvert dans le nord de la Syrie par une mission archéologique franco-syrienne.

 

La structure, exceptionnelle par son extension, a été érigée pour protéger les zones urbaines et les terres environnantes. C'est la première fois qu'un système fortifié a été découvert sur ce territoire.

 

La région explorée par la mission franco-syrienne «Marges arides de Syrie du Nord» est située à l'est de la ville de Hama et couvre 7 000 km². A l'époque, il y avait à l'ouest les régions sédentaires densément peuplées du croissant fertile, et à l'est les steppes arides habitées par les nomades. La région n'a pas été habitée en permanence: «Nous avons constaté que cette région, difficile à développer, a été réoccupée en temps de crise. Plus récemment, le site de l'époque romaine a été réoccupé par les habitants fuyant Hama et Homs », explique l'une des auteurs, Marie-Odile Rousset, chercheuse au Centre français de recherche scientifique (CNRS).

 

Les archéologues y ont découvert des sites bien conservés, notamment un réseau de surveillance datant du deuxième millénaire avant notre ère (2000-1550), doté de forteresses, de forts, de tours et de clôtures. "C'est la première fois qu'un système fortifié de cette ampleur a été mis au jour. Cette structure longe le relief qui domine la steppe du centre de la Syrie et protège les colonies et les terres les plus attrayantes pendant l'Âge du Bronze moyen », explique Rousset. "De cette époque nous connaissons principalement les fortifications urbaines, mais ici il s'agit de fortifier un territoire entier pour protéger les routes principales et les terres". Les forteresses se composaient de gros blocs de basalte brut et leurs murs étaient hauts et larges de plusieurs mètres.

 

"De plus, chaque site fortifié a été conçu de façon à pouvoir communiquer visuellement avec les autres grâce à des signaux lumineux (lumière nocturne) ou des signaux de fumée, ce qui permet de transmettre rapidement les informations aux centres de pouvoir", précise l'étude.

 

Le réseau de fortifications a été découvert grâce à des images aériennes et satellitaires. Les chercheurs français du Laboratoire Archéorient (Environnements et société de l'Orient ancien-CNRS / Université Lumière Lyon 2) et la Direction générale des antiquités et des musées de Syrie, avaient déjà effectué des analyses sur le terrain de 1995 à 2002 et en 2010 (donc avant la guerre), datant également la poterie collectée sur place. L'accès aux observations aériennes et par satellite, depuis 1960, a cependant permis de reconstruire ce réseau au-delà des limites de la zone explorée, qui a donc été détectée sur une distance d'environ 150 kilomètres du nord au sud. L'étude a été publiée dans la revue Paléorient le 19 décembre 2017.

 

 

Source : Ilfattostorico.com - Una rete di fortificazioni militari dell'Età del Bronzo scoperta in Siria


Traduit et publié par Marion Juglin

 

 

Suivez Archeow sur 

Partagez cet article



Écrire commentaire

Commentaires: 0